L’Aloe macroclada: une plante méconnue! (2)

  

A la suite d’un premier article (Post du 8.02.13), nous présentons ici un résumé des principales conclusion de la revue bibliographique que nous avons réalisé sur les méthodes d’analyse de  l’Aloe macroclada.

L’ouvrage « Les plantes médicinales 1, ressources végétales de l’Afrique tropicale 11(1) », édité en 2008 par Schmelzer et Gurib-Fakim comporte une revue assez complète des caractéristiques botaniques, de la composition et de l’utilisation de toutes les espèces d’aloès présentes en Afrique. Les auteurs s’appuient sur l’analyse de plus de 3000 références mais ne rapportent aucune donnée précise sur la composition de l’Aloe macroclada.
Nous nous sommes donc attachés à explorer la littérature scientifique produite sur cette espèce depuis 2008. Nous avons exploité trois bases de données « Elsiever », « Springer » et « Wiley Online Library » qui contiennent plus de 6000 articles concernant les aloès dont près de la moitié sont consacrés à l’Aloe vera. Nous n’avons relevé qu’un seul article traitant spécifiquement de l’Aloe macroclada mais il ne porte pas sur la détermination de sa composition.
Lire la suite

L’Aloe macroclada: une plante méconnue! (1)

  

Nous débutons ici la présentation d’une série d’articles relative à nos travaux sur Aloe macroclada (Présentation générale de la plante – Revue bibliographique – Présentation des résultats de nos travaux d’analyse en UHPLC UV-MS).

L’Aloe macroclada est une plante médicinale (réputée pour soigner les troubles du système digestif et du système immunitaire(1)) très utilisée à Madagascar sous le nom de Vahona. Il fait partie de la famille des Aloeaceae dont le plus connu est l’Aloe vera. C’est une plante solitaire dépourvue de tige. Ses feuilles sont charnues et capables de retenir l’eau. Il est caractérisé par une florescence pouvant atteindre 2,50 m de haut et dont les fleurs de couleur jaune sont groupées en grappe cylindrique dense (2). Il est considéré comme endémique de Madagascar. A l’état sauvage, on le trouve principalement dans le plateau central (d’Antananarivo jusqu’à Isalo) et dans le sud de l’île (région Anosy).  Le Vahona est également cultivé dans la plupart des jardins à Madagascar.

Lire la suite