L’Orbitrap enfin accessible en CPG

GC orbitrap

Commercialisée depuis 2005 par Thermo, la technologie Orbitrap n’était jusqu’à présent disponible qu’en couplage LC (Liquid Chromatography).

Avec la sortie du nouveau Q Exactive Orbitrap GC-MS/MS, Thermo permet aux utilisateurs de chromatographie en phase gazeuse de bénéficier des performances de l’Orbitrap.

Olive

Propriété exclusive de Thermo, l’Orbitrap a été développé par le physicien russe Alexander Makarov en 1999. Le principe du piège orbitalaire est semblable à celui des autres trappes d’ions. Lorsqu’ils sont dans la trappe, tous les ions engagent une trajectoire identique autour de l’«olive ». En revanche, leur vitesse varie en fonction de leur masse.

Ce spectromètre affiche des performances de résolution pouvant aller de 60 000 à 120 000 (pour un rapport m/z de 200). Pour rappel cette résolution est le rapport m/Dm où Dm représente l’écart de masse entre le pic d’interêt et son voisin le plus proche. Cette résolution permettra d’accéder à la masse exacte des molécules. Il est toutefois important de noter que la précision en masse ne fournira la masse exacte qu’à la condition que le spectromètre ait été étalonné avec précision (!).

Généralement, ces spectromètres dits, à haute résolution, sont davantage utilisés pour des études d’élucidation structurales. La quantification de molécules dans des échantillons semble néanmoins possible. En effet, les performances annoncées pour cet appareil en mode full scan sont comparables à celles d’un triple quadripôle opérant en mode SRM (Selected Reaction Monitoring). La limite de détection est de l’ordre du ppt.

Si les performances de l’Orbitrap ne sont plus à démontrer, le coût élevé de ces appareils ne permettra hélas pas à tous les laboratoires de s’équiper…

2 réflexions au sujet de « L’Orbitrap enfin accessible en CPG »

  1. Merci pour ce nouveau post, toujours très intéressant.
    J’ai tout de meme quelques doutes sur la rapidité de la technologie orbitrap (on sait en effet que la résolution pouvant être atteinte est fortement dépendante de la vitesse d’acquisition). La GC produite en effet des pics très fins qui sont à mon avis assez incompatibles avec la technologie Orbitrap, sauf si l’on accepte d’avoir des résolutions beaucoup plus faibles que les valeurs annoncés.
    Davy Guillarme

    • Bonjour,

      En effet, le GC Orbitrap quantifie à des seuils très bas. Des notes d’applications sont disponibles : http://info1.thermoscientific.com/OrbitrapGCMS
      Par ailleurs, la vitesse d’acquisition du GC Orbitrap est suffisante pour définir les pics chromatographiques d’où sa capacité à quantifier de façon répétable, le tout à des résolutions de 120 000 ou 60 000 !!!
      De plus, quelleque soit la résolution paramètrée sur l’Orbitrap (120 000 par exemple), la sensibilité de l’instrument n’est pas affectée.
      Enfin, la gamme des GC Orbitrap se décline en 2 instruments : le Q Exactive GC Orbitrap et l’Exactive GC Orbitrap. Il existe une différence significative en terme de coût entre les 2 instruments.

      Yann SIMON

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>